Soutenir l'association

Mécénat

Fondée en 2015, l’Association des Amis d'Alix Aymé a pour vocation de soutenir le rayonnement de l'oeuvre de l'artiste. En devenant Ami, vous contribuez à cette belle aventure culturelle.

 

Vous êtes libres du montant de votre contribution.

Dans le cadre de tout acte de mécénat, les chèques des bienfaiteurs doivent être libellés à l’ordre de « Association des Amis d'Alix Aymé » et envoyés à :

 

Les Amis d'Alix Aymé
Coste de la Creme

66140 Canet en Roussillon
France


Les dons ouvrent droit à une réduction d’impôt, lors de l’année du versement du don, d'un montant de 66% pour les particuliers et 60% pour les entreprises. Dès réception de votre contribution, l'Association vous fera parvenir un reçu fiscal. 

Contribuez à la restauration des peintures d'Alix Aymé au Palais Royal de Luang Prabang (Laos)

Le Palais Royal de Luang Prabang, aujourd'hui devenu Musée National du Laos, est décoré de 19 grands panneaux peints sur toile et fixés aux murs de la prestigieuse Salle des Audiences. Ces panneaux sont signés "Alix de Fautereau 1930" ; premier nom marital de celle qui deviendra ensuite Alix Aymé.


Ces tableaux furent exécutés à la suite d’une commande royale. L’artiste séjourna deux ans à Luang Prabang pour réaliser cette œuvre. Ces peintures représentent des moments de la vie locale, du matin jusqu’à la nuit. Le choix des scènes aurait été fait en étroite complicité avec la famille royale.
Ces peintures sont à la fois un intéressant regard occidental sur la culture de Luang Prabang, mais aussi sur l’image que la Cour souhaitait alors donner de la ville aux visiteurs reçus dans ce salon d’apparat. Ces peintures présentent également un intérêt historique particulier comme témoignage de bâtiments disparus par la suite (ex : la bibliothèque de Vat Mai), de la manière dont étaient organisés les fêtes et rituels (défilés d’éléphants, Boun Maha Sat, Cour d’amour...) et des costumes de cette époque.

En voir plus

Ces peintures ont été partiellement restaurées en urgence en 2002 et 2003 par l’ONG « Restaurateurs sans Frontières » (RSF). Le financement provenait des Ministères français des Affaires Étrangères et de la culture, de la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur et des fonds propres de l'ONG.

Une fois le premier travail de conservation d’urgence terminé, les travaux de restauration complète n’ont pu être menés à terme, les financements nécessaires n’ayant pas été mis à disposition de RSF. Les autorités culturelles de Luang Prabang, sont aujourd’hui très désireuses de voir ce travail de restauration terminé dans de bonnes conditions.